lundi 22 avril 2013

The dragonfly it ran away

À l'école, en troisième secondaire, on doit participer à un concours d'écriture. Les professeurs choisissent onze mots et l'élève doit en utiliser au moins huit pour écrire son texte. J'en profite pour vous partager celui que j'ai écrit.

Mots imposés : étoffe, esquisser, lagon, serpenter, symbiose, insatiable, coup de théâtre, ergoter.


Pensées

Elle est seule et se sent seule, alors elle écrit un roman rempli de romance.
Il y a Christophe qui n’existe que sous la mine et entre les lignes.
Elle ne cesse d’étoffer l’étoffe de Christophe, d’esquisser son caractère et de ses caractères tracés, elle espère désespérément qu’il prenne corps.
Ils vagueraient jusqu’à la mer, jusqu’aux lagons qui la serpentent, vagabonds.
Son amant est sa lueur, mais à force de baigner dans les illusions, elle se leurre.
Il n’existe pas réellement, son Christophe.
Plus les images défilent, plus elle perd le fil.
Le fil de quoi?
Le fil du temps, celui qui passe selon son tempérament.
En symbiose avec le rêve, ils sont complices, c’est un complot.
Insatiables, ils volent les moments.
Infatigables, ils recherchent le temps volage, le temps perdu.
Revenons à elle : éperdue, elle l’a compris.
Le rêve fait fondre le temps, fait semblant de le ralentir pendant que, voilé de scénarios et de coups de théâtre, il se faufile et s’enfuit, discrètement, en emportant le souvenir du rêve avec lui.
Cessez d’ergoter, de tenter de la raisonner.
Elle n’écoute plus, car elle aussi s’enfuit au bras du temps et de Christophe, son amant.


Outre le concours d'écriture, il y a eu la Braderie à Montréal la fin de semaine dernière où je suis tombée en amour avec un top de MARTIN LIM, tout plein de libellules. Il paraît que je leur aurais  inspiré ce motif!



Il est agencé avec des leggings, une petite veste en laine mérinos et des Dr Martens.


Cette fin de semaine, c'était la Braderie à Québec et j'ai pu y dénicher une paire de yoga pants chez Second Denim qui sont confortables et ajustés à souhait. En plus, même si ce sont des jeans, ils sont extensibles! Le top de girafe psychédélique vient de chez Zara.



Et puis, l'autre jour, on a mangé des pâtes rayées multicolores et c'était magnifique.


On a aussi essayé le fruit du dragon, alias le pitaya, mais son goût était quelque peu décevant. Dû à ses couleurs vibrantes et à son allure exotique, j'aurais cru qu'il éveillerait les papilles gustatives et créerait un feu d'artifice dans la bouche, mais la saveur était bien fade... Ce n'était peut-être pas la saison.


Je termine ce billet avec une touche musicale : Dirty Paws de Of Monsters and Men. J'ai hâte de les voir en concert le mois prochain!

4 commentaires:

Izumi a dit…

ce top est tres belle!

Anonyme a dit…

J'adore trop le t-shirt imprimé libellule, ton blog m'as beaucoup donné envie d'en créer un.

Taylor Caufield a dit…

Depuis des semaines je regardais ton blog' et ca me donnait tellement envie d'en créer un, et bien ca y'est>>>>... ! Je trouve ca vraiment domage pour les fruits du dragon, peut-être bien que ce ne sont pas des fruits à gouter mais plus à comtempler ! A quand une tenue avec cet imprimé ?! :::)

xoxo

Anonyme a dit…

Super ton texte! Continue d'écrire, tu te débrouilles bien!